Découvrez l’histoire de ces 3 familles qui ont changé de vie pour s’installer en Abitibi-Témiscamingue | Salut Bonjour
/misc

Découvrez l’histoire de ces 3 familles qui ont changé de vie pour s’installer en Abitibi-Témiscamingue

Image principale de l'article 3 familles qui changé complètement de vie

 

La vie en région vous attire? Laissez-vous inspirer par l’histoire de ces trois familles qui ont décidé de faire le grand saut.

Originaires du Liban, de la France ou de Montréal, ces trois familles ont une chose en commun: ils ont quitté la grande ville pour s’installer en Abitibi-Témiscamingue.

Qu’est-ce qui a motivé leur décision? Quel type d’accueil ont-ils reçu de la part des Témiscabitibien.ne.s? Qu’est-ce qu’ils préfèrent le plus de leur nouveau quotidien au cœur de ce vaste territoire? Découvrez toutes les réponses à vos questions en prévision de ce changement de vie!

De Beyrouth à Amos: l’histoire de Joseph Eid

COURTOISIE: ATTRACTIVITÉ ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

C’est en 2005 que le docteur Joseph Eid décide d’entamer les démarches pour venir s’installer en Abitibi-Témiscamingue: «C’est un collègue de l’université au Liban, qui a lui-même fait le grand saut, qui m’a informé que l’hôpital d’Amos était à la recherche d’orthopédistes. C’était un grand changement de vie pour ma famille, mais je ne regrette pas ma décision.» 

Ainsi, le couple et ses deux enfants, âgés à l’époque de 3 ans et de 2 ans, ont officiellement mis les pieds à Amos, en janvier 2007, en plein cœur de l’hiver. 

«Ce fut un choc thermique pour nous, mais l’accueil aimable et chaleureux de mes nouveaux collègues à l’hôpital a permis d’apaiser notre solitude et de nous réchauffer le cœur. Rapidement, mes enfants ont obtenu une place en garderie et ils conservent de très bons souvenirs de cette étape de leur vie. L’implication sociale et les activités culturelles et sportives de nos enfants (école de musique, club de natation, etc.) ont permis de faciliter notre intégration», confie le docteur.

Depuis, la famille évolue dans cet environnement calme et sécuritaire. «J’aime beaucoup la nature et je trouve que l’Abitibi-Témiscamingue est un merveilleux tableau naturel où la population vit dans un immense monde d’eau douce ramifié de multiples lacs et rivières, avec des forêts matures», souligne Joseph Eid. «Ici, les gens ont à cœur de préserver leur environnement!»

De Grenoble à Ville-Marie: l’histoire de Marie Aubry

COURTOISIE: ATTRACTIVITÉ ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

C’est lors d’un voyage au Québec que Marie Aubry a eu le coup de foudre pour la région de l’Abitibi-Témiscamingue: «Je suis venue en vacances six fois au total et chaque retour en France se révélait plus pénible que le précédent. C’est ainsi que l’idée de changer de vie et de venir m’installer ici m’est apparue comme une évidence. Dès que j’ai obtenu mon visa, j’ai foncé!»

À son arrivée à Ville-Marie, il y a six ans, la jeune femme a eu l’impression qu’elle découvrait une nouvelle façon de vivre: «J’étais presque étonnée de voir qu’il existe encore des endroits où on peut avoir une telle qualité de vie. Ici, il n’y a pas de stress, pas d’embouteillages et pas de sentiment d’insécurité. On peut finir notre journée de travail à 16h30 et être en train de nager quatre minutes plus tard.» 

C’est par le biais du Carrefour Jeunesse-Emploi du Témiscamingue que Marie Aubry a déniché un emploi et qu'elle et son conjoint ont pu se créer un nouveau cercle d’amis: «J’ai participé à des activités d’intégration et de maillage. Je conseille également aux gens de sortir de chez eux. Avec tous les événements et les festivals qui se déroulent dans la région, c’est facile de faire des rencontres. Aujourd’hui, on est bien entourés et on a tout pour être heureux à Ville-Marie. On ne changerait de vie pour rien au monde!»

De Montréal à Sainte-Germaine-Boulé: l’histoire de Mario Tremblay

COURTOISIE: ATTRACTIVITÉ ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

C’est l’amour qui a motivé Mario Tremblay à quitter Montréal pour l’Abitibi-Témiscamingue – sa conjointe de l’époque était originaire de Sainte-Germaine-Boulé. «Je dis souvent à la blague qu’il y a un ABC de ce qui amène les gens dans la région: l’amour, le travail ou la chasse. Mais moi, je savais déjà que je voulais vivre dans un milieu rural, alors j’avais le cœur à faire le saut», confie-t-il.

Après un déménagement temporaire à Rouyn-Noranda, le couple s’installe officiellement à Sainte-Germaine-Boulé, un village d’environ 1 000 habitants. «Il y a une énergie particulière et un esprit d’entraide dans cette petite communauté qui m’ont instantanément charmé. C’est paisible et tranquille ici pour élever des enfants. On n’est pas beaucoup alors on a une belle connexion intergénérationnelle», mentionne-t-il.

Le père de famille s’est impliqué dès son arrivée. Tellement qu’il occupe désormais le poste d’organisateur communautaire du village. «Les gens ont un grand sentiment d’appartenance pour Sainte-Germaine-Boulé, même ceux qui sont partis. Les activités sociales et les événements sont tellement variés. Je vous dirais qu’on a du gros fun ici!», conclut Mario Tremblay.

Vous songez à vous établir en Abitibi-Témiscamingue? Apprenez-en davantage sur les attraits de la région et les 1001 raisons de vous laisser séduire par ce vaste territoire qui offre une qualité de vie incomparable.

À lire aussi

Et encore plus